Rechercher

Bio, local, circuit-court : quelles différences ?

Mis à jour : 30 juin 2020

Quelle bonne nouvelle de voir l’opinion publique s’impliquer dans une alimentation plus saine et respectueuse de l’environnement. En parallèle, les labels et appellations se multiplient alors voici des explications pour mieux s’y retrouver et acheter vos produits en toute connaissance de cause.

Bio

Il faut différencier le terme "biologique" du label "bio". Une grande quantité de champs agricoles dans le monde sont biologiques tout simplement parce que leurs paysans ont conservé un savoir-faire traditionnel et font pousser leur potager avec des graines naturelles et du compost fait main. 

Tandis qu'en Europe, "bio" est une appellation protégée par l’Union Européenne. C’est un label qui est attribué aux agriculteurs et transformateurs respectant un cahier des charges définit par l’Union Européenne et vient remplacer les labels bio nationaux, comme le label Agriculture Biologique en France. Le label bio de l'UE est reconnaissable à sa feuille étoilée et il est parfois accompagné du label AB français qu'il remplace.

   

logo label bio UE
Logo du label bio européen



logo label bio france
Logo du label bio français

Les grands principes du label européen bio sont : 

  • Pas d’intrants chimiques, tous les pesticides et engrais doivent être d’origine naturelle.

  • Interdiction des OGMs, même si ont autorise au moins 0,9% de traces d’OGM, car l'on estime qu’une grande quantité de champs sont déjà contaminés.

  • Pas de mono-culture, il faut au moins produire deux types de culture, mais l’on peut produire du bio et du non bio sur la même exploitation.

  • Pas de culture hors-sol, tout doit pousser dans la terre (ce point fait débat car le hors-sol peut être plus sain et moins consommateur d’eau, comme l'aquaponie pratiquée par la Maya bien avant nous, une technique de pousse des plantes dans l'eau).

  • Interdiction d’utiliser des antibiotiques sauf si les animaux de l’élevage sont malades

  • L’alimentation des animaux doit être bio et à 60% locale. Pour les petits, le lait en poudre est interdit on favorise une alimentation à base de lait maternel.

Un contrôleur vient visiter l’exploitation une fois par an et vérifie que ces principes sont respectés.

Le label « bio » européen n’est pas le seul, on trouve aussi des labels privés comme Demeter, Nature et Progrès et Bio Cohérence qui ont chacun un cahier des charges propre. 

Local

Tout simplement un légume ou un fruit qui pousse à moins de 80 km de son lieu de vente.


Circuit-court

Un produit est considéré en circuit-court si il n’y pas plus d’un intermédiaire entre l’agriculteur et le vendeur. Ainsi, des tomates d’un agriculteur chinois vendues à un transporteur maritime puis revendues à un super-marché en France sont des « tomates circuit-court ».


Commerce équitable

Le commerce équitable concerne l’aspect social, on assure un salaire juste au producteur, c’est-à-dire à la hauteur de la commission touchée par la grande surface qui revend ce produit. Attention, le commerce équitable à un grand défaut, il assure un salaire équitable au propriétaire de l'exploitation mais pas forcément aux paysans et petites main qui travaillent sur le champ.


Maintenant vous êtes armés pour faire vos courses !

81 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout